moins se plaindre

“Vous pouvez vous plaindre parce que les roses ont des épines, ou vous pouvez vous réjouir parce que les épines ont des roses.” —Tom Wilson

 La vie n’est pas parfaite. Elle ne l’a jamais été et ne le sera jamais. Ce n’est pas une mauvaise nouvelle. En fait, une fois que nous commençons à embrasser cette réalité, nous accueillons un grand nombre de possibilités. La vie n’est jamais parfaite. Nous savons que c’est vrai.

Pourquoi, alors, continuons-nous à nous plaindre de ces imperfections ?

Nous nous plaignons du temps, de la circulation et des mauvaises herbes dans notre cour. Nous nous plaignons de nos vêtements serrés, de nos clés égarées, des avions en retard et du prix de l’essence. Nous nous plaignons de nos emplois ou du manque d’emplois. Nous nous plaignons de nos voisins curieux, des bébés qui pleurent, des adolescents ingrats et des conjoints paresseux. Nous sommes devenus une société trop rapide pour nous plaindre.

Se plaindre n’est presque jamais une réaction positive à notre situation.

Il y a des moments, bien sûr, où signaler une injustice à quelqu’un est une bonne chose. Mais la plupart du temps, nous exprimons des sentiments de douleur, d’insatisfaction ou de ressentiment simplement parce que c’est notre réponse naturelle.

Mais cette réponse doit être reconsidérée dans nos vies parce qu’elle est rarement saine. En fait, il y a beaucoup de conséquences négatives à cette réaction. Se plaindre nourrit et engendre une réaction négative. De plus,

  • Il favorise une attitude négative. Se plaindre attire notre attention sur les aspects négatifs et les circonstances qui nous entourent. Et se concentrer sur les aspects négatifs entraîne toujours plus de négativité. Se plaindre n’entraîne jamais la joie – elle ne fait que nous plonger plus profondément dans notre misère.
  • Cela a un impact négatif sur ceux qui nous entourent. Les plaintes propagent la négativité. En nous concentrant sur les problèmes et les inconforts qui nous entourent et en attirant l’attention sur eux, nous orientons également les autres vers eux. La misère aime la compagnie.
  • Ça ne change pas notre situation. Agir, oui. Mais ce n’est pas le cas des mots qui se plaignent.
  • Elle disqualifie la valeur de l’inconfort dans nos vies. Le malaise, tant physique qu’émotionnel, peut avoir des effets bénéfiques profonds sur nos vies. Il y a d’innombrables leçons de vie qui ne peuvent être apprises qu’en embrassant l’inconfort : la patience et la persévérance pour n’en citer que quelques-unes. Devenez OK avec l’inconfort. Vous serez content de l’avoir fait.
  • C’est très peu attrayant. Il n’est pas agréable de passer du temps avec des gens qui mettent constamment en valeur les négatifs. Et non seulement peu attrayante, l’emphase égocentrique de se plaindre peut aussi être ennuyeuse.
  • Ça nous laisse en mode victime. L’un des plus grands obstacles au changement durable est le blâme. Et se plaindre trouve son fondement presque entièrement en cause.

Par contre, il y a de nombreux avantages à se plaindre moins. Nous nous concentrons sur le positif. Elle permet à la gratitude de prendre racine. Et la gaieté peut être un excellent embellisseur.

Alors, comment pouvons-nous commencer à surmonter l’habitude de se plaindre ? Tout d’abord, admettez que les changements de mode de vie peuvent prendre du temps. Et puis, envisagez d’adopter certaines de ces étapes utiles ci-dessous.

moins se plaindre conseils

Comment moins se plaindre ?

  1. Examinez l’importance d’adopter le changement. Beaucoup d’entre nous se plaignent seulement parce que nous n’avons jamais envisagé l’alternative. Nous n’avons jamais été avertis de ses effets nocifs, tant en nous qu’autour de nous. On n’a jamais pensé qu’il y aurait une meilleure solution. Mais lorsqu’on leur en donne le choix, la plupart d’entre nous préféreraient donner la vie plutôt que de l’épuiser avec nos paroles. C’est exactement ce qu’il faut faire.
  2. Embrasser la reconnaissance d’un monde imparfait. La vie ne va pas toujours servir ce que nous aimerions (ou même attendre) à chaque tournant. Il y aura des ennuis, des épreuves et de la douleur. Encore une fois, tout va bien. Et plus vite nous arrêterons de tenir bon pour un monde qui tourne autour de nous, plus vite nous pourrons comprendre que notre contribution est bien plus nécessaire que notre plaisir. L’inconfort ne devrait pas nous surprendre – et nous ne sommes pas les seuls à le ressentir.
  3. Comprendre la différence entre la critique utile et la plainte. Il y a des moments où il est tout à fait approprié d’attirer l’attention sur une faute commise. Cela peut être utile et ne devrait jamais être découragé. Décrypter si la situation peut et doit être résolue. Si ce n’est pas le cas, il y a de bonnes chances que nos plaintes n’aient aucun intérêt réel dans le dialogue, la résolution de problèmes ou les relations humaines. Et dans ce cas, il faut les éviter.
  4. Soyez attentif à votre interlocuteur. Parlez-vous à quelqu’un qui peut vous aider à résoudre le problème ou qui a un intérêt direct à trouver une solution ? Si oui, utilisez un langage de résolution de problèmes. Si vous devez continuer, préparez votre plainte en utilisant un langage qui réduit l’impact. Par exemple, en commençant par “Puis-je juste évacuer pendant une minute ou deux ?” peut-être tout ce dont vous avez besoin pour vous orienter, vous et votre auditeur, vers votre but et pour vous aider à vous rappeler de rester bref.
  5. Évitez d’entamer des conversations avec une plainte. Prenez note de la fréquence à laquelle nous entamons des conversations avec une plainte. Souvent, même inconsciemment, cette tactique est souvent utilisée parce qu’elle suscite une réaction accrue. Retirez-le de votre arsenal. Et essayez de répandre un peu de joie avec votre phrase d’ouverture à la place.
  6. Refuser de se plaindre par souci de validation. Parfois, nos plaintes sont utilisées pour valider notre valeur aux autres. “Je suis si occupé”, c’est un bon exemple. Nous le disons souvent comme un moyen de communiquer subtilement notre importance. Ne cherchez pas à impressionner les autres avec vos plaintes. Cette stratégie ne vous fera pas gagner d’amis à long terme de toute façon.
  7. Remarquez vos déclencheurs. Il y’a-t-il une période précise de la journée pendant laquelle vous avez tendance à vous plaindre d’avantage que les autres ? Matin, soir ou fin d’après-midi ? Quand votre conjoint est à la maison ? Quand vous buvez un café ou un déjeuner avec vos amis ? Peut-être que c’est autour de la fontaine d’eau avec vos collègues ? Faites attention. Ensuite, évitez les déclencheurs si possibles. S’ils ne peuvent pas être évités, soyez très vigilants lorsque vous les voyez surgir.
  8. Adoptez l’idée de l’expérimentation. Il peut être contre-productif de se fixer comme objectif de “ne plus jamais se plaindre”. Essayez plutôt de désigner une courte période de temps pendant laquelle vous pouvez être particulièrement attentif. Par exemple, décidez d’y aller juste un jour sans vous plaindre. Cette période plus courte vous permettra de vous concentrer davantage sur votre objectif. La période expérimentale plus courte favorisera une sensibilité accrue.

Se plaindre sans raison n’a pas de sens dans nos vies. Elle favorise le mécontentement, répand la négativité et déclenche des conflits. Nous serions plus heureux sans elle. Allons de l’avant, reconnaissons et accueillons plutôt le positif.

Share This

Des conseils, astuces et exercices précis pour aider à booster la mémoire de vos enfants et mieux apprendre à l'école. Cela vous intéresse ?

x