Femme en dépendance affective : vers qui se tourner ?

Alors que vous avez pris conscience que vous souffrez de dépendance affective et que votre vie personnelle et sentimentale devient un véritable chaos, vous souhaitez vous tourner vers quelqu’un qui pourra vous venir en aide pour rompre avec la dépendance affective, guérir et vous reconstruire pour vivre une relation de couple saine et équilibrée. Plusieurs possibilités s’offrent à vous.

Faire appel à un psychothérapeute

Lorsque le besoin de l’autre est si puissant qu’il ne peut jamais être rassasié, qu’il devient destructeur et que les relations avec les autres ne sont jamais satisfaisantes, nous sommes sous l’emprise de la dépendance affective. Le manque affectif crée une frustration, provoquée par un décalage entre les attentes du dépendant affectif et ce qu’il obtient en retour, au gré de ses multiples sollicitations. Le dépendant affectif entre dans un cycle addictif duquel il est difficile de sortir.

Les psychothérapeutes considèrent la dépendance affective comme un mouvement circulaire tourné vers l’intérieur, qui génère une sensation de manque. Ce dernier a constamment besoin d’être assouvi et c’est pourquoi les dépendants affectifs sont en perpétuelle recherche d’attention et d’égards de la part de l’autre. Un manque qui n’est jamais complètement comblé et qui se transforme en puits sans fond. Le rôle du psychothérapeute est de faire cesser ce mouvement circulaire afin de rétablir des bases solides sur lesquelles le patient pourra fonder un nouveau départ. Il s’agit pour le thérapeute de faire prendre conscience au patient qu’il ou elle existe en tant que personne à part entière et de l’aider à retrouver sa propre valeur.

L’un des instruments à portée du psychothérapeute est la Thérapie Comportementale et Cognitive (TCC) de la dépendance affective. Il s’agit de retrouver une forme d’autonomie par rapport au besoin de l’autre en travaillant sur le contrôle de soi, sur sa pulsion socio-affective, sur ses émotions, ses comportements et ses pensées. Cette thérapie s’intéresse aux croyances – bien souvent fausses – qui conduisent l’individu à être dépendant affectif et à le faire souffrir. Cette thérapie s’appuie sur une relation active entre le thérapeute et le patient dans l’apprentissage de nouveaux comportements.

Une autre thérapie mise en œuvre pour guérir la dépendance affective est la Thérapie Interpersonnelle (TIP). Elle se distingue des autres en se concentrant sur les interactions et les modalités relationnelles, plutôt que sur les cognitions erronées ou dysfonctionnelles. Elle est conduite par un thérapeute interpersonnel : professionnel de santé, psychiatre ou psychologue.

Faire appel à un coach spécialisé

Venir à bout de la dépendance affective grâce à un coach, c’est s’intéresser aux manières dont il est possible de vaincre la dépendance et d’en sortir en reprenant le contrôle. Le coach centre son travail sur le présent et l’avenir, tout en utilisant le passé pour comprendre et pour identifier l’origine du mal. Le coach utilise ses compétences et son expérience pour éclairer la route du dépendant affectif, en travaillant sur des éléments concrets comme l’estime de soi, l’image de soi, la gestion de ses émotions, la communication interpersonnelle etc.

Un coach spécialisé en dépendance affective aide à mettre en place des solutions permettant de se débarrasser une fois pour toutes des éléments qui engendrent la dépendance à l’autre comme par exemple le manque d’estime de soi, une hypersensibilité émotionnelle, un passé amoureux douloureux, une anxiété importante etc.

Un coach personnel mettra l’accent sur des objectifs à atteindre, sur des solutions concrètes, sur la gestion du développement personnel. Il existe aussi de très bonnes formations pour soigner la dépendance affective.

L’hypnose

Le but de l’hypnose est de venir à bout de la dépendance affective, vue par le praticien comme une forme d’addiction. Il n’est pas rare de voir des personnes se tourner vers un thérapeute en disant « Je suis obsédé(e) par mon ex », par exemple. L’hypnose permet d’aller chercher au plus profond du cerveau, au niveau du subconscient, la source du mal-être en vue de l’anéantir.

Le nombre de séances d’hypnose, pour guérir la dépendance affective, varie selon le degré de dépendance et sa forme. Durant la première séance, le patient est invité à exposer son problème et à présenter ce qu’il ou elle aimerait changer dans sa vie. L’hypnose à proprement parler, commence généralement à partir de la deuxième séance. Le thérapeute travaille pour libérer le dépendant affectif, en l’aidant à prendre conscience d’un traumatisme qu’il a subi puis en effaçant l’émotion liée à ce traumatisme.