Tout le monde sait que dans un couple il faut faire des compromis, mettre de l’eau dans son vin, trouver le juste milieu.

Tout le monde sait ça, non ? J’adore parler des compromis. De ces promesses de con !
Deux personnes veulent quelque chose de différent en apparence et choisissent de s’en priver l’une et l’autre en s’entendant sur autre chose dont personne ne veut.

Quand compromis devient frustration

Un compromis ne peut faire donc que deux frustrés. Tant qu’à devoir gagner autant que personne n’obtienne ce qu’il souhaite. Ah bravo ! Voilà une jolie façon de bâtir un couple ! Moi je veux la chambre à coucher en bleu, toi tu la désires en jaune, alors on va la faire en vert, comme ça il n’y aura pas de chicane.
Il n’y aura peut-être pas de chicane en surface mais, en profondeur, il y aura deux malheureux.

Les compromis tels qu’ils sont présentés et acceptés viennent s’ajouter à notre liste déjà trop longue de masques. Vous n’allez pas me dire que ce que vous trouvez de mieux à faire lorsque vous n’êtes pas du même avis que votre partenaire, c’est de trouver une solution qui ne satisfera personne !

Comment se sort-on de ce type de piège sans compromis ? Comment parvient-on à garder l’harmonie ? D’abord sachez que votre couple n’est pas composé de deux mais de trois personnes. Oui, vous pratiquez l’amour à trois depuis tout ce temps et vous n’en profitez même pas. Il y a vous, votre partenaire, et il y a le couple.

Le couple est une personne à part entière, la représentation androgyne de Votre union. En tant que membre du triumviral, le couple a droit à la parole. Lorsque vous êtes à trois à débattre d’une question, chacun doit donner son avis. L pièce peut être bleu pour lui, jaune pour elle et verte pour le couple.

Vous allez me dire que ça revient au même, que ce n’est qu’une autre façon de parler de compromis, que je ne fais que jouer sur les mots.
Pas du tout ! Avec le temps, l’entité couple prend de plus en plus de place. Les deux membres des unions les plus solides perdent même toute forme d’individualité. Les trois portions fusionnent en une seule. En observant ces couples où l’on peine à distinguer les deux moitiés, je constate chaque fois que ce type d’amour osmotique est l’un des plus beaux exemples d’éveil spirituel.

Si nous voulons un jour retourner à notre état d’omnipotence et d’omniscience à l’unité divine, il nous faut au moins réussir à faire une certaine fusion avec notre partenaire. La progression est donc nécessaire.

Je ne compte plus les jeunes couples détruits par une tentative de fusion complète dès les premiers mois. Le compte conjoint, la même carte de crédit, les mêmes loisirs, les mêmes lectures, les mêmes amis et bien sur le même lit.

Invariablement après quelque temps les deux individus de cette relation à trois, lui, elle et le couple, se sentent trahis et perdus. Ils sont allés trop vite. Ils ont soudain chacun le goût de se retrouver, c’est le retour du pendule: les excuses, les conflits, les maîtresses, la jalousie, les engueulades et les amants, bref le sabotage. Prévisible, le couple a pris trop de place, trop vite.

Une parfaite fusion ? Oui mais…

Un couple ce n’est pas deux moitiés mais trois tiers.
Je comprends votre envie de fusion, c’est votre être divin qui manifeste le désir de retourner à l’unité, à l’être sans dualité, c’est un élan divin.
Mais n’allez pas trop vitre, ne vous perdez pas comme individu dès le début. La relation est encore beaucoup trop fragile. Vous risquez de tomber dans le piège des compromis.

Une fois que l’alliance est bien formée, personne n’a plus l’impression de faire de compromis. Le couple a pris toute la place. On se surprend même à tenter de le forcer à céder au désir de l’autre.
Le couple grandira jusqu’au jour où les fréquences et les goûts des deux individus fusionneront. Dès lors la notion de compromis n’existera plus pour cette union qui s’est donné le temps de croître en fonction du rythme de chacun.

Difficile à croire ? Voyez par vous-même ! Regardez ces vieilles personnes qui ont passé toute une vie sinon plusieurs ensembles, elle complète les phrases de l’autre, pense à la même chose au même moment, se ressemble physiquement au point de nous taper sur les nerfs. Leurs fréquences se sont harmonisées.
Ils se sont rapprochés à tel point que leur relation à trois est devenu une unité.

Selon moi la vie de couple sans relation externe est une des pistes les plus intéressantes pour parvenir à retrouver la divinité en soi. C’est une école sans équivalence pour apprendre à lâcher prise et à abolir l’ego.

error:
Popup newsletter Réussite Personnelle

Intéressé par le développement personnel ? Ne ratez plus rien !

Recevez tous les mois un email contenant l'ensemble de nos nouveaux articles sur le développement personnel au sens large.

Merci. Vous recevrez un email chaque mois.

Share This