Nous sommes aujourd’hui le 4 janvier 2018 et je n’ai qu’un mot à la bouche : REVEILLONS… NOUS !

Ces deux soirées que sont le 24 et le 31 décembre sont des événements de fêtes et de joie. L’un pour des raisons religieuses l’autre pour des raisons liées au temps qui passe.

Mais en fait, quand on regarde l’histoire humaine et au-delà, on se rend compte qu’avant la naissance du Christ, il existait déjà des civilisations qui fêtaient ces événements tous fondés avant tout sur le cosmos, les cycles lunaires, les cycles des marrées correspondants, les solstices d’hiver et d’été, les équinoxes de printemps et d’automne. Mais aussi sur les 12 mois de l’année, les 12 signes astrologiques, les 12 heures d’une journée etc… Le temps qui passe nous façonne et nous construit, nous vieillit et nous renforce à travers les épreuves que nous rencontrons. Nous inspirer de la vie naturelle nous permet d’être en phase, et de nous reconnecter à notre essence.

temps

Le but de tout ça : élever notre conscience pour devenir des êtres extraordinairement puissants. Mais tout ceci n’est pas le sujet de l’article d’aujourd’hui. Le sujet est centré sur l’Etre, sur le fait de se créer soi.

Le soi c’est aussi l’impératif du verbe ETRE : SOIT toi même. Accepte ce que tu es au plus profond de toi car tu as tout en toi. Quel que soit ton passé, tes réussites et tes échecs, tes blessures et tes forces, tes faiblesses, tes ombres et tes lumières. Tu est unique et en même temps relié au tout. A l’univers par ton coeur qui bat sans avoir à y penser, à la terre par ce qu’elle te nourrit, à tes parents qui t’ont donné la vie, à tes amis, et à l’humanité en général. Nous faisons tous partie de ce grand tout auquel nous sommes reliés de notre premier souffle à notre dernier. Et nous sommes aussi étroitement liés aux cycles dont je parlais au début de ces quelques lignes. C’est la possibilité d’utiliser dans le respect ces puissances qui nous dépassent qui est extraordinaire. Que diriez-vous si vous saviez comment mettre à profit l’hiver qui est source de retrait, de recul, de mise en sommeil ? Cette période d’introspection par excellence à l’image de l’ours ou de la marmotte est propice pour fourbir ses atouts, ses arguments, ses armes au sens noble du terme. Juste pour son épanouissement personnel. En mettant en place l’organisation de l’année, les plans d’actions, en prévoyant les aléas liés à nos environnements naturels mais aussi relationnels, de travail, familiaux nous parviendrons de façon plus équilibrée et dans une plus grande harmonie à nos objectifs. Les changements de classe des enfants, leurs anniversaires et à travers ça leur croissance, les anniversaires des parents, des grands parents alors même que les familles sont aussi sources de désaccords, de tensions ou de conflits. Toutes ces choses qui font que cela donne à la vie un côté éternellement challengeant. Car ces “difficultés” sont des opportunités d’apprentissages géniales pour grandir, s’élever et se connecter à ce que nous sommes au plus profond : des êtes identiques par le coeur. Le souci c’est que toute notre civilisation est fondée sur l’égo, le mental et le cerveau dominateur.

1ère étape : l’introspection

Comment remettre en avant la puissance bien plus grande et infinie du coeur ? Nous avons là un travail de réappropriation de nous-mêmes, nous sommes tellement sollicités de toute part que nous en oublions qui nous sommes. Coupons les téléphones, les télés, les tablettes, les ordinateurs, les appareils de toute sortes qui absorbent notre énergie par l’attention que nous leur portons à l’excès.

Respirer, se relaxer, se couper de l’extérieur est fondamental pour mener des actions réfléchies, précises et efficaces qui toucheront leur objectif. Voici une vidéo de cohérence cardiaque qui vous y aidera :

Cette étape est très importante, elle nous permet de nous recentrer sur nous-mêmes afin d’avoir accès à notre Etre. C’est dans cet espace non-manifesté, tout à l’intérieur de nous que se trouve notre puissance. Plus besoin d’aller chercher au-dehors tout ce que nous avons déjà en nous. Nous allons alors avoir accès à de nouvelles situations, de nouvelles personnes de nouvelles opportunités puisque nous serons plus en condition de les voir, de les ressentir, et d’en mesurer notre intérêt. Ce qui nous facilitera grandement la tâche. Plus besoin d’aller dans l’effort, la souffrance, la dépense intense d’énergie. De ces nouveaux potentiels nous renaîtrons alors en comprenant que si nous nous aidons le ciel nous aidera.

C’est à juste titre notre défi.

Réussir à dépasser nos croyances limitantes pour nous transformer en permanence comme le dit le dicton – rien ne se créé ni ne termine, tout se transforme -. Reprogrammons notre cerveau car c’est lui qui nous dirige et pas nous en tant qu’Etre divin. Nous nous transformerons à l’image même de la puissance de la vie qui nous traverse des pieds et à tête, des cellules de notre corps qui naissent et meurent, à l’image identique à celle de la sève qui circule au coeur des arbres.

Après l’hiver arrive le printemps qui symbolise la croissance et le développement, la renaissance de la nature et de la vie des 3 règnes : animal, végétal et minéral. La terre se réveille et donne à ses habitants ses premières fleurs, c’est le temps des amours chez les animaux, le temps où tout ce qui ne se manifestait pas pendant l’hiver se met en mouvement et sort de terre.

2ème étape : le développement de soi

Après avoir fourbi nos armes, après nous être déconnectés et nous être centrés, nous sommes censés savoir ce que nous voulons et pourquoi nous le voulons, nous avons trouvé le moteur qu’est le pourquoi. Autrement dit, nous savons alors ce qui va nous motiver, nous donner envie, nous donner le feu ardent qui fait que nous déplaçons parfois les montagnes.

Maîtriser ses émotions, ses pensées, ses pulsions

Se développer c’est super, mais encore faut-il que ce soit de la bonne manière, que les actions soit celles qui nous conviennent, qui découlent de ce que nous voulons et non plus de ce que nous ne voulons pas ou plus. Or, comme je l’ai dit plus haut, le cerveau joue un rôle prépondérant dans nos actions ou démarches quotidiennes. Il conditionne 90% de nos quotidiens par notre inconscient. Au fur et à mesure de nos expériences, nous avons “programmé” sans le vouloir des réflexes, des automatismes, des gestes à partir de ce que nous avons vécu. Reprogrammer notre cerveau veut dire changer notre manière de faire afin de nous diriger de façon consciente afin de nous pousser vers de nouvelles choses, personnes, situations bénéfiques pour nous… Pour cela nous devons arrêter de voir et de penser toujours de la même manière, nous devons nous rendre Maître de nous-mêmes. Savoir affronter nos peurs à 90% mentales, aller de l’avant, décider, modifier notre façon d’aborder les choses. Le cerveau inconscient est la partie “cachée” du moteur dans laquelle nous devons aller mettre les mains pour y sortir ce qui ne nous pose problème : nos peurs, nos pensées négatives, notre colère, notre tristesse et pour certaines et certains, connaître les sources de ces causes permettra des prises de conscience fondamentales.

Pour cela nous avons un super outil : le cerveau conscient. Grâce à notre nouvelle manière de voir les choses, de les penser, de les dire et de les activer, pas à pas nous allons changer tout notre univers intérieur et donc notre inconscient. Ce véritable tableau de bord dans lequel nous avons de multiples commande de navigation va nous permettre de nous mettre en ordre de marche.

Actions à mener

  • Physique par la respiration et des activités où notre corps pourra s’exercer et reprendre lui aussi toute sa place, et par l’écoute de ses ressentis
  • Mentales par une attitude nouvelle déterminée et persévérante fondée la psychologie positive, la compréhension de ce que cela implique et l’intégration au quotidien
  • Emotionnelles pour évacuer ces émotions négatives qui dévorent notre énergie
  • Spirituelles en retrouvant le sens de notre présence sur terre

Redonner au coeur toute sa place

Le coeur est bien plus puissant que le cerveau. Il gère à lui seul la circulation de notre sang, les 12000 litres d’air que nous respirons, absorbe les émotions justement et régule la fréquence cardiaque. Il dispose d’une puissance électrique trois fois supérieure au cerveau et sait mieux que quiconque par l’intuition ce qui est bon pour nous. Il est à la source de l’empathie, de l’amour, de toutes les émotions positives. Notre coeur perçoit par l’énergie qu’il génère (aura) des personnes et de notre environnement des informations que notre cerveau initial est incapable de ressentir.

Redonner au ventre tout son intérêt

La sérotonine, hormone des émotions est sécrétée à plus de 95 % dans notre ventre. On sait donc aujourd’hui que le ventre est le centre de nos émotions. Ne dit on pas la peur au ventre ? Les intestins disposent de leur propre réseau neuronal composé de 200 millions de neurones directement en relation avec le cerveau. Ces neurones servent en grande partie à gérer et à organiser le processus digestif ce qui a permis de délester le cerveau “d’origine”, de se concentrer sur toutes les facultés liées à la mémoire, l’apprentissage, la motricité… Les informations que nous percevons par le ventre sont encore plus rapides que celles qui se déroulent au niveau cérébral. On sait aussi que la digestion consomme environ 20 à 30 % de notre énergie et que les émotions sont également de grosses consommatrices. A titre d’indication, 1 minute de colère impose au corps une durée de 300 minutes pour retrouver le niveau d’énergie antérieur. Des tests et recherches menées par la médecine chinoise et l’acupuncture ont récemment permis de diminuer fortement les problèmes engendrés par les maladies d’Alzeihmer et de Parkinson grâce à des techniques d’acupuncture abdominale. On sait aussi que ces maladies pourraient être totalement guéries par ces techniques si on arrivait à les diagnostiquer dès les premiers signes précurseurs.

Le but est de mettre en alignement nos 3 centres de commandes “nos 3 cerveaux” pour trouver notre réelle puissance sans être plus jamais perturbés par aucun des trois. Tout ceci implique de trouver des activités pour développer leur santé et leur bon état de fonctionnement. Résultat : nous pouvons allonger notre durée de vie puisqu’on sait dorénavant que d’après l’épigénétique, les schémas répétitifs innovants pour le cerveau permettent de recréer de la plasticité du cerveau et neurones mais également des cellules et même d’impacter de façon positive l’ADN.

3 Le lâcher-prise et confiance en soi

Une fois que nous avons déjà mené une réelle introspection, qu’on a compris les endroits où il était judicieux de mener des actions. Il nous reste à laisser faire. A arrêter d’intervenir sur tout, de vouloir tout contrôler, d’attendre de l’extérieur tout ce que nous devons trouver en nous. Le lâcher-prise est totalement différent de l’abandon. Lâcher prise c’est laisser faire après qu’on ait tout essayé, l’abandon c’est ne même pas avoir tenté. La première vertu du lâcher-prise est la confiance en soi. Quand on s’autorise à lâcher -prise, on se donne l’opportunité de laisser arriver le meilleur et à n’avoir aucun doute.

Si vous n’arrivez pas à lâcher prise, c’est que vous devez développer votre confiance en vous. La confiance en soi dépend de la façon dont nous gérons nos appréhensions et nos peurs, la façon que nous avons de gérer nos émotions et la façon dont nous nous occupons de nous-mêmes. Le manque de confiance en soi cache en général un manque d’affirmation de soi – lié à l’impact des émotions – et à un manque d’estime de soi – comment vous aimez-vous ? Quelle notre donneriez-vous en vérité à l’amour que vous vous portez ? Quelle est l’image que vous vous renvoyiez ? Grandes questions…

stéphane dabas

Stéphane Dabas – Coach bien-être

www.lafetedubienetre.com

 

Popup newsletter Réussite Personnelle

Intéressé par le développement personnel ? Ne ratez plus rien !

Recevez tous les mois un email contenant l'ensemble de nos nouveaux articles sur le développement personnel au sens large.

Merci. Vous recevrez un email chaque mois.

Share This